vendredi 17 mars 2017

Second wave 1982-1986 (part 5)

 The Sisters Of Mercy – First And Last And Always (1985)


Cet album fut un aboutissement après de très nombreux EP regroupés sur la compilation Some Girls Wander By Mistake. Toujours un repère dans le paysage, malgré la personnalité guère sympathique du sieur Eldritch, les deux premiers albums des Sisters sont tout aussi indispensables que les cinq premiers Cure ou les six premiers Sabbath.





The Smiths – Meat Is Murder (1985)


Autre tuerie absolue, autre moment de grâce, clivants, mais suprêmes, les Smiths. Les chouchous des Teddy’s ont enchaînés hits et tournées au milieu des années 80. Le groupe, avec le nouveau king Morrissey imposant son charisme et son phrasé, Andy Rourke, Mike Joyce, Johnny Marr, possédait le surplus de personnalité pour marquer définitivement son empreinte. Je ne m’en suis toujours pas remis.



The The – Soul Mining (1983)


Ce disque commence paisiblement façon Peter Gabriel qui aurait voulu faire du post-punk. Et puis il emprunte les rues pavées avant lui par Joe Jackson, les accents jazz en moins. Je n’aime pas toute la discographie de The The, loin de là, mais ce premier album reste accroché à mes bacs depuis quasiment sa sortie. Et il a toute sa place dans une liste de la second wave.



Trisomie 21 – Chapter IV – Le Je-Ne-Sais-Quoi Et Le Presque Rien (1986)


Cette part 5 distribue les pains, y’a du gros level.
Disque qui ne souffre point l’usure du temps, Le Je-Ne-Sais-Quoi vit sa vie d’album peu connu hors de France et de Belgique, joyau local, comme un vin rare. Pourtant les connoisseurs du monde entier réalisent la valeur de la bête et gardent jalousement leur copie, que ce soit la première version ou la seconde, remixée légèrement. Quand la darkwave s’attaque aux neurones, c’est qu’elle est vraiment puissante.




Urban Guerrillas – Darwin's Theory Of Pelvic Revolution (1983)


Une perle cachée sous une pochette à l’aspect DIY, ce premier album d’Urban Guerillas utilise un son assez classique, rock 50’s parfois, pas loin de The Fall ou Pere Ubu. Les compos tiennent carrément la route et me font gigoter les guibolles. C’est un mystère que ce disque n’ait pas encore un statut culte. Paru à Minneapolis, il n’a jamais été réédité. Le second album vaut également le coup d’oreille.



Venus In Furs – Platonic Love & Other Stories (1984)


De la belle new wave que voilà. Venus In Furs sur son premier album rend peut-être hommage au Velvet Underground, mais je le vois plutôt traversant la galaxie Gary Numan dans un vaisseau spatial Korg. Il y a un grand nombre de super morceaux sur ce disque, j’opte pour la chanson qui lui donne son titre, qui se mariera très bien avec du Eyeless In Gaza, The Chameleons ou The Sound.



Vietnam – Vietnam (1985)


Pas tout à fait un album, mais soyons souple avec nous même, évitons les nœuds au cerveau, d’autant que ce disque est l’œuvre unique d’un groupe rare. Parce que Néo-zélandais et très peu distribué ici-bas, il a fallu attendre l’âge cyber machin truc pour accéder à cette belle miouzik. Post-punk assez classique lignée Gang Of Four, Opposition, Cure, ce Vietnam pose cinq délicates chansons sur la version originale. La réédition récente propose trois inédits que je sais pas d’où qu’ils sortent.



Violent Femmes – Violent Femmes (1983)


Les Violent Femmes m’ont largué après Why Do Birds Sing? et notre histoire n’est pas allée plus loin. Elle avait pourtant bien commencé avec cet immense album éponyme et son intro culte de Blister In The Sun. Luxuriance folk bizarre assumée, post-bidule jouissive, ils auront inspiré d’autres magiciens comme Dog Faced Hermans.



The Wolfgang Press – Standing Up Straight (1986)


Une sorte de super groupe, Wolfgang Press. composé de membres de Rema Rema, de In Camera et de Mass, deux illustres groupes brittons entre darkwave et post-punk. J’ai choisi arbitrairement ce disque parce qu’il me permet de parler de tous les autres, tout ce beau monde ayant été publié par 4AD et certains étant réédité par le très bon label français Desire records.



X Mal Deutschland – Tocsin (1984)


Rab de 4AD pour finir cette liste de 50 galettes aphrodisiaques. On a déjà causé de X Mal Deutchland dans ce blog, je vais donc éviter la redite et envoyer une dernière salve magnifique avec Tag Für Tag. Miséricorde.



voir aussi http://pigeonsetcorbeaux.blogspot.fr/2016/04/x-mal-deutchland-tocsin.html 



La prochaine série pourrait bien être un focus sur la scène Australienne actuelle. Scie you. (Ph)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire