samedi 11 mars 2017

Second wave 1982-1986 (part 1)

Après avoir fouiné dans les archives du début des années 80 et déterré quelques trésors, j’ai continué à creuser pour ressortir 50 disques de la période 1982-1986. Je ne me suis cette fois pas cantonné à un seul genre, j’ai ouvert la liste sans toutefois aller jusqu’à inclure du hardcore punk qui relève à mon avis d’une toute autre vibration. Je me suis par contre imposé la contrainte de ne pas inclure de disques de groupes déjà cités dans la liste post-punk 1979-1982.
Il y aura donc cinq parties comportant dix albums, chacun étant essentiel à sa manière.


And Also The Trees - Virus Meadow (1985)


Second album, tous les ingrédients se mettent en place, une guitare cristalline, un chant juste posé, des ambiances qui flirtent avec le Floyd et le Cure. And Also The Trees se tiennent toujours là, quelque part avec The Chameleons et Magazine. Tout ce que je connais d’eux est parfaitement écoutable, y compris les derniers disques.




Cabaret Voltaire - Micro-Phonies  (1984)


Après plusieurs disques sur Rough Trade, Cabaret Voltaire évolue au milieu des 80's vers un son moins cru. Véritablement précurseurs, Stephen Mallinder et Richard H. Kirk vont donc sortir l’indus de la cave pour l’emmener petit à petit vers la rave, l’electro et la techno, inspirant au passage des groupes comme Underworld ou Pop Will Eat Itself.




Clan Of Xymox – Medusa (1986)


Un des premiers groupes inscrits sur ma liste, tellement j’ai été marqué par le son et le sens de la composition de Clan Of Xymox. Les deux premiers albums sont indissociables et indispensables. Pas une minute de musique à jeter sur chaque disque, pierres angulaires de la darkwave.




Cocteau Twins - Head Over Heels (1983)


Second d’une série de très bons albums, Head Over Heels voit les Cocteau Twins imposer leur subtil mélange de Siouxsie et de Kate Bush et inspirer toute une partie de la pop anglaise, The Sundays en tête. Pas vraiment de la musique qui se danse, plutôt du contemplatif, de l’aérien. Indémodable.




Colin Newman - Commercial Suicide (1986)


Un des cinq albums solo écrits par Colin Newman après le split de Wire en 1980, Commercial Suicide ne se démarque pas vraiment des autres, mais il me semble le plus fort de la période qui nous intéresse. Évidemment, les cinq disques sont intéressants et méritent toute ton attention, certains morceaux sont au niveau du 154 ou du Chairs Missing.




Dead Can Dance - Dead Can Dance (1984)


Le duo australien constitue également une pierre angulaire de la darkwave des eighties. J’aime beaucoup The Serpent’s Egg, mais il est paru après 1986. Je retiens donc le tout premier album, bon mix de darkwave et de neofolk.




Death In June  - The Wörld Thät Sümmer (1986)


Choix difficile car Death In June, un de mes groupes favoris, a sorti quatre très bons albums dans la période 83-86. J’ai un faible pour The Wörld Thät Sümmer, que je trouve réussi du début à la fin. Il n’est sans doute pas le plus emblématique, peu importe, si cette liste a un intérêt, c’est par son côté subjectif assumé.




Depeche Mode - Construction Time Again (1983)


A mon goût le premier bon album de Depeche Mode, celui qui m’a collé la claque et fait suivre le groupe jusqu’à Music For The Masses. J’ai peu à peu décroché ensuite et ne jette qu’une oreille furtive sur les nouveaux disques. Mais ce Construction Time Again, je l’ai passé à la moulinette et connais encore la plupart des textes par cœur.




Eyeless In Gaza - Rust Red September (1983)


A l’inverse, je n’avais jamais entendu parler de ce groupe avant de me pencher sur cette liste. Les fameuses mailles du filet… je vais rattraper le temps perdu. Sur cet album Eyeless In Gaza sonne assez proche de Tears For Fears, de And Also The Trees et du Talk Talk le plus voluptueux. De toute beauté, comme pas mal de disques sur Cherry Red.




Fields Of The Nephilim - Burning The Fields E.P  (1985)


Une tricherie honteuse de ma part, mais le premier album des Nephilim n’est paru qu’en 1987. Figure de proue du goth rock, il n’était pas question de ne pas les inclure dans cette liste. Ils demeurent très influents, de Nine Inch Nails à Type O Negative à des trucs plus récents comme She Past Away.



A suivre... (Ph)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire