samedi 4 février 2017

30 disques post-punk de 1979 à 1982 (part 2)

Killing Joke – Killing Joke


Mon disque préféré de Killing Joke est Night Time, mais il n’est pas qualifié puisque paru en 1985. Soit, j’irai donc puiser dans le premier album pour en tirer le tout dernier morceau, qui annonce à mon avis leur son futur.



Magazine – Real Life



Finalement une découverte assez récente pour moi. Alors que je suis grand fan des Buzzcocks, j’étais passé complètement à côté. Il faut dire que je n’ai jamais vu non plus leurs disques en bac près de chez moi. Dingue.



Modern English – Mesh & Lace


4AD aura eu un catalogue bien rempli. Il l’est toujours avec des Merchandise et des SOHN. D’ailleurs Modern English doit faire paraître bientôt un nouvel album, avec le line-up original. Leur premier disque est une tuerie post-punk que je regrette de ne pas voir plus souvent dans les listes commémoratives. Pour moi c’est le chaînon manquant entre Bauhaus et The Sound.



Opposition – Breaking The Silence


J’aime beaucoup les premiers disques d’Opposition, quand ils étaient encore sur des labels indés. Sans inventer l’eau chaude, ils arrivent à poser des ambiances chaloupées, un brin tristounes. Parfaites. Ils finiront par signer sur des majors dans les années 80, sans grand succès.



PIL – Metal Box


PIL est à la fois l’archétype du post-punk et il en est éloigné par une approche play punk but don’t play punk. Et puis tous ces changements de line-up, ce son jamais vraiment défini… s’il n’y avait pas la caution de John « Rotten » Lydon, je ne sais pas si PIL serait dans cette liste. En tous cas, merci pour la controverse Mr Lydon.



Polyrock – Changing Hearts


Pas le plus connu des groupes de New York, mais certainement pas le moins intéressant. Pilotés par Philip Glass, Polyrock sonne quelque part entre Wall Of Voodoo et Roxy Music, entre les Cars et Wire. Si señor.




à suivre… 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire