lundi 20 novembre 2017

30 disques post-punk de 1979 à 1982 (part 4)

The Desperate Bicycles – Remorse Code



L’album arrive en 1979 après une chiée d’excellents EP, dont le sublissime The Medium Was Tedium que je recommande tout chaudement. Le LP a moins de relief, mais se laisse tripoter sans résister.



The Durruti Column – LC



J’aime beaucoup cette phrase à propos de Durruti Column : play jazz but don’t play jazz. J’ai aussi souvenir d’avoir lu que Bowie était très fan. LC est le second d’une ribambelle d’excellents albums, tous plutôt orientés coolitude, avec un max de morceaux instrumentaux et un son de guitare inimitable, ou bien peut-être juste par Felt.



The Monochrome Set – Strange Boutique



Pas vraiment d’hésitation concernant le choix parmi la discographie fournie de Monochrome Set puisque je ne connais bien qu’un seul album. Avec XTC sans doute les groupes les plus britanniques dans sa nonchalance et ses accents, ils sont aussi à rapprocher de Durruti Column pour leur côté virtuose.



The Sound – From The Lions Mouth



Le pinacle des aventures de The Sound arrive dès le second album. L’intro du premier morceau donne le ton, le reste du titre explicite clairement ce qu’est le post-punk. Rien à dire de plus, la messe est dite. Dommage que les autres disques ne soient pas aussi constants. N’oublions pas de dire qu’ils étaient sur le label indé Korova et avaient pour collègues Echo & The Bunnymen, que j’aime moins.



The Teardrop Explodes – Kilimanjaro



Pop jusqu’au bout des ongles, la musique subtile de Julian Cope et compagnie mérite une écoute attentive pour en tirer la moelle. Néanmoins, ils sont un peu à la limite de ce qu’on peut considérer comme post-punk. Un peu comme Lloyd Cole ou les Silencers plus tard, trop poppy pour être vraiment punk.



Tubeway Army – Replicas



Gros morceau de la liste, le groupe de Gary Numan représente à lui seul un pan entier du post-punk, qui a préparé le terrain à toute une génération de groupes New Wave. Je pense à New Order, à Taxi Girl, à plein d’autres, suédois, italiens, américains. Il faut bien se rappeler que les deux albums majeurs de Tubeway Army datent de 1978 et 1979, donc en avance sur leur temps comme Kraftwerk ou Suicide avant eux.





2 commentaires: